Vous êtes ici

Le rapport des Forces armées sur les SLD renforce le constat de la crise systémique des soins de longue durée et la nécessité d'une action immédiate

26 mai 2020 - 0:00

Le 26 mai 2020

TORONTO – Le rapport troublant des Forces armées canadiennes en service dans les foyers de soins de longue durée en Ontario renforce le constat de la crise systémique du système de soins de longue durée de la province.

« Le rapport est accablant, mais malheureusement pas surprenant. La crise des soins de longue durée existait bien avant la pandémie et nous ressentons aujourd'hui l'impact d'années de négligence, a déclaré le président national d'Unifor, Jerry Dias. Les conditions de vie et de travail dans les maisons de soins de longue durée ne sont pas la faute des travailleuses et travailleurs, mais des gouvernements et des exploitants qui, pendant des années, ont ignoré les appels à l'aide du personnel et des résidents et des syndicats. Lorsque les exploitants se concentrent sur les marges bénéficiaires et que les gouvernements n'ont pas la volonté d'améliorer les conditions de travail et de résidence, le résultat est forcément horrible. »

Plus de 1 675 soldats ont été déployés dans cinq maisons de soins de longue durée de l'Ontario, mais beaucoup d'autres en crise n'ont pas reçu la même attention.

« Le manque de surveillance et d'investissement dans les soins de longue durée par les gouvernements a laissé tomber tous les Ontariens, a déclaré Naureen Rizvi, directrice régionale de l'Ontario. La prestation de soins de qualité commence par des niveaux de personnel adéquats. Malheureusement, en raison d'années de négligence et de privatisation des soins de longue durée, les travailleuses et travailleurs quittent entièrement le secteur ou s'épuisent parce que le manque de personnel est devenu la norme. Il est temps que les gouvernements et les exploitants cessent de se contenter de belles paroles et commencent à traiter le personnel et les résidents avec le respect et la dignité qu'ils méritent. »

Le syndicat estime que l'expansion des entreprises à but lucratif, le manque d'emplois à temps plein, le manque de salaires et d’avantages sociaux équitables pour les préposés aux services de soutien à la personne, qui fournissent plus de 80 % des soins concrets aux résidents, ont créé la crise dans laquelle nous nous trouvons aujourd'hui. Les augmentations salariales, généralement fixées par un système d'arbitrage, ont été inférieures à l'inflation au cours de la dernière décennie. Quatre foyers de soins de longue durée sur cinq déclarent avoir du mal à remplir leurs postes, tandis que près de la moitié des travailleuses et travailleurs des soins de santé déclarent travailler chaque jour en sous-effectif.

« S'il y a une chose sur laquelle nous pouvons probablement tous nous entendre, c'est que nous devons régler immédiatement la question des soins de longue durée. Nous avons besoin d’emplois à temps plein, d'avantages sociaux décents, y compris de congés de maladie, afin que ces travailleuses et travailleurs essentiels ne soient pas obligés de venir travailler lorsqu'ils sont malades. Ces travailleuses et travailleurs étaient des héros avant la pandémie, ils continueront à l'être après la pandémie », a déclaré M. Dias.

Des informations sur les réponses du syndicat à la pandémie, ainsi que des ressources pour les membres, sont disponibles à l'adresse suivante unifor.org/COVID19fr.

Pour solliciter une entrevue en personne ou par Skype ou FaceTime, contactez Hamid Osman, représentant national aux communications d’Unifor, au 647-448-2823 (cell) ou à hamid.osman@unifor.org.