Vous êtes ici

Le Nouveau-Brunswick a une « double norme dangereuse » pour les directives sanitaires liées à la COVID-19

28 mai 2020 - 0:00

Le 28 mai 2020

FREDERICTON – Les membres de la communauté et les travailleurs de l'usine de pâte à papier de la société AV Group à Nackawic, au Nouveau-Brunswick, sont profondément préoccupés par le recours de l’entreprise à 60 entrepreneurs extérieurs à la province et l'absence de contrôles de santé et de sécurité pour protéger les travailleurs locaux.

« Le Nouveau-Brunswick a fait preuve de prudence pendant la pandémie de la COVID-19 et la province a été récompensée ensuite par des semaines sans cas testés positifs au virus, a déclaré Jerry Dias, président national d'Unifor. Les restrictions sont lentement levées pour les individus et les familles, mais alors qu’il faut encore attendre avant d’organiser des événements importants de la vie et de la famille, des sociétés comme AV Group de Nackawic obtiennent un laissez-passer gratuit pour reprendre leurs affaires comme d'habitude. C’est un cas de double norme dangereuse qui représente un risque énorme pour la santé et le bien-être des Néo-Brunswickois. »

Les membres de la section locale 219 d'Unifor à l'usine ont tiré la sonnette d'alarme après que le processus d'appel d'offres de l'entreprise pour l'embauche d'entrepreneurs ait choisi une entreprise basée en Nouvelle-Écosse, alors qu'il y a déjà des centaines de travailleurs disponibles dans la province.

« Ce n'est pas le moment de négliger les protocoles de lutte contre la pandémie, a déclaré Brady Moore, président de la section locale 219. Lorsque mes membres et moi-même sommes encore obligés de rester dans nos bulles familiales, mais que mon employeur fait traverser la frontière à des gens sans aucune période d'isolement, nous avons tout à fait le droit d'être inquiets. »

L'agent d'affaires représentant les chaudronniers de la province a souligné combien il est nécessaire d'employer des personnes dans la province en cette période économique difficile.

« En raison des pertes d'emplois liées à la pandémie au Nouveau-Brunswick, il y a beaucoup de personnes de métier qualifiées disponibles pour faire ce travail et soutenir notre économie locale, a déclaré David Noel, agent d'affaires représentant les chaudronniers de la section locale 73. Je crois fermement que s'il y a des emplois au Nouveau-Brunswick, ils devraient être occupés par des résidents de notre province. Lorsque le gouvernement a demandé à la population de suivre les règles, nous avons fait notre part. Nous avons besoin de leur soutien en retour pour protéger notre population et notre province. »

Le 26 mai, Linda MacNeil, directrice régionale d'Unifor pour l'Atlantique, a envoyé une lettre au premier ministre Higgs pour lui faire part des préoccupations des membres concernant le recours à des entrepreneurs de l'extérieur de la province et le manque de contrôles mis en place sur le lieu de travail. Doug Jones, le président et directeur général de Travail sécuritaire Nouveau-Brunswick, a répondu par une lettre qui ne répondait pas aux préoccupations spécifiques des travailleurs et se référait uniquement à leur guide générique pour la réouverture des lieux de travail en toute sécurité.

« AV Nackawic n'a pas informé les travailleurs ou leur syndicat des nouveaux protocoles de contrôle des infections ou d’hygiène, a déclaré M. MacNeil. Il semble y avoir un ensemble de règles différentes autour de la COVID-19 quand il s'agit des entreprises. Nous avons récemment vu ce qui peut se passer lorsque les protocoles ne sont pas respectés pour les déplacements transfrontaliers et nous n'avons pas besoin d'attirer plus de problèmes. »

Pour les demandes des médias ou solliciter une entrevue en anglais ou en français par téléphone ou par vidéo, contactez la représentante nationale aux communications, Shelley Amyotte, à shelley.amyotte@unifor.org ou au 902-717-7491 (cell).