Vous êtes ici

Le discours du Trône doit aborder l'impact de la COVID-19 et prévoir un plan pour mieux rebâtir le pays

23 sep 2020 - 0:00

Le 23 septembre 2020

TORONTO – Dans le prochain discours du Trône, Unifor voudrait que les priorités politiques portent sur les conséquences sanitaires et économiques de la COVID-19 et s’attend à un plan pour mieux rebâtir le pays, socialement et financièrement, après la pandémie.

« Il est clair que la priorité absolue est de maîtriser la propagation de la COVID-19. Régler la crise catastrophique dans les soins de longue durée et augmenter les investissements dans les soins de santé sont des éléments clés de cet effort », a déclaré Jerry Dias, président national d'Unifor.

Le syndicat attend également du gouvernement qu'il réforme l'assurance-emploi (AE) et qu'il crée de bons emplois en soutenant une relance économique verte et en mettant en œuvre des stratégies industrielles nationales.

« Avec des dizaines de milliers de Canadiens et de Canadiennes qui se retrouvent sans emploi à cause de la pandémie, le gouvernement doit se donner comme priorité de créer un système de sécurité du revenu solide qui corrige les failles de l'assurance-emploi, renforce les normes d'emploi et augmente la sécurité d'emploi, a déclaré le président national d'Unifor, Jerry Dias. La pandémie a clairement montré que les produits fabriqués au Canada sont importants et qu'il faut agir maintenant pour rebâtir notre capacité industrielle nationale. »

Dans la feuille de route d’Unifor pour une relance économique équitable, inclusive et résiliente, le syndicat presse également le gouvernement fédéral à créer des stratégies industrielles complètes dans des secteurs critiques tels que l'automobile, l'aérospatiale, la construction navale et la foresterie, ainsi que dans les industries de services et d'assistance à la clientèle, entre autres.

Le plan du syndicat préconise une relance verte, notamment la mise en place d’une stratégie fédérale nationale de transport en commun et un investissement massif dans les technologies propres, les infrastructures vertes et la création d'emplois qui y est associée. 

« Alors que nous passons à l'énergie verte, nous devons également continuer à soutenir notre secteur pétrolier et gazier, qui reste vital pour l'économie, et les travailleuses et travailleurs qui ont été durement touchés par la pandémie », a déclaré M. Dias.

Le syndicat continue de plaider pour la mise en place d'un régime universel d'assurance-médicaments et la création d'un programme national de services de garde d'enfants universellement accessible, un pilier pour les femmes doublement touchées par la crise de la COVID-19.

« La pandémie a frappé de manière disproportionnée les femmes, en particulier celles qui occupent des emplois à faible revenu, a déclaré M. Dias. Un système national de services de garde éliminerait un obstacle majeur à la pleine participation des femmes au marché du travail alors que nous travaillons ensemble pour rebâtir notre économie. »

En tant que plus grand syndicat des médias du Canada, Unifor souligne la nécessité de sauver les nouvelles locales et d'obliger les géants étrangers du Web à contribuer à parts égales à la création de contenu médiatique canadien.

Unifor réclame également un ensemble de mesures de soutien pour les travailleuses et travailleurs des secteurs du transport aérien, du tourisme, de l'hôtellerie et des voyages, et demande au gouvernement de prévoir la réouverture éventuelle des frontières internationales en toute sécurité.

Unifor est le plus grand syndicat du secteur privé au Canada, représentant 315 000 travailleurs dans tous les grands secteurs de l’économie. Le syndicat milite pour tous les travailleurs et leurs droits; il lutte pour l’égalité et la justice sociale au Canada et à l’étranger, et aspire à provoquer des changements progressistes pour un meilleur avenir.

Pour obtenir de plus amples informations, contactez la représentante aux communications d’Unifor, Kathleen O’Keefe, à kathleen.okeefe@unifor.org ou au 416-896-3303 (cell).