Vous êtes ici

La stratégie du gouvernement fédéral en matière de réseau de transport doit être évaluée sur sa capacité à créer des emplois de qualité

MONTRÉAL, le 3 nov. 2016 /CNW/ - La nouvelle stratégie du gouvernement fédéral en matière de réseau de transport devrait être jugée sur les emplois de qualité et la propriété publique qu'elle crée, selon Unifor.

« Nous accueillons le renouvellement des infrastructures essentielles, mais la priorité absolue du gouvernement doit cibler la création d'emplois de qualité et la propriété publique, a déclaré Jerry Dias, président national d'Unifor. Il revient au ministre Garneau de démontrer comment son plan va générer un plus grand nombre d'emplois de qualité et une valeur à long terme pour les Canadiens. »

« Nous ne pouvons accorder notre appui aux investissement fédéraux qui ne tiennent pas compte des travailleurs », a ajouté M. Dias.

Annoncé aujourd'hui à Montréal par le ministre des Transports, Marc Garneau, le plan accorde la priorité à la propriété étrangère et met l'accent sur les « corridors » du commerce international. La stratégie du ministre Garneau repose aussi largement sur la Banque de l'infrastructure du Canada, qui a été critiquée comme moyen de privatisation.

Unifor, le syndicat représentant 45 000 travailleurs du secteur fédéral des transports, affirme que la privatisation ne va pas atteindre l'objectif souhaité de baisser les coûts des infrastructures parce qu'elle a historiquement entraîné des coûts plus élevés pour le public, des emplois moins bien rémunérés et une plus faible supervision publique.

« Le secteur des transports du Canada est encore une source d'emplois de qualité à long terme, a affirmé M. Dias. « Nous allons lutter contre toute intention de privatisation qui place les bénéfices des entreprises privées avant la sécurité du public et des emplois sûrs. »

Représentant plus de 310 000 travailleurs, Unifor est le plus grand syndicat du secteur privé au Canada. Il a été fondé pendant la fin de semaine de la fête du Travail de 2013, par la fusion des Travailleurs canadiens de l'automobile et du Syndicat canadien des communications, de l'énergie et du papier.

SOURCE Le Syndicat Unifor