Vous êtes ici

La cour rejette la tentative du premier ministre Pallister de limiter le droit à la négociation collective

11 juin 2020 - 0:00

Le 11 juin 2020

WINNIPEG—Une cour du Manitoba a statué que la soi-disant Loi sur la viabilité des services publics (LVSP) viole le droit à la négociation collective protégé par la Charte des droits et libertés.

« La négociation collective libre et équitable est un droit pour lequel les travailleuses et travailleurs se sont battus, a déclaré Jerry Dias, président national d'Unifor. Ce droit représente une menace pour les forces conservatrices qui cherchent à saper les services publics. La victoire judiciaire d'aujourd'hui est une victoire pour les travailleuses et travailleurs et les Manitobains qui comptent sur leurs excellents programmes sociaux. »

Adoptée au printemps 2017, la LVSP visait à limiter les augmentations de salaire de tous les employés des organismes publics, y compris des municipalités, des universités, des écoles et des hôpitaux. Elle a imposé des contrats de quatre ans aux travailleuses et travailleurs avec des augmentations salariales inférieures à l'inflation de 0 %, 0 %, 0,75 % et 1 %.

Le gouvernement a tenu des consultations avec les syndicats pour satisfaire aux exigences légales minimales de la loi sur le mandat du secteur public, mais des documents ont été émis par la suite qui ont révélé que les détails du projet de loi étaient déjà finalisés. Le gouvernement a également été forcé d'admettre devant les tribunaux que les finances de la province étaient loin de correspondre à la « crise » que le premier ministre prétendait publiquement pour justifier la loi.

Unifor s'est joint à d'autres syndicats pour former une coalition appelée « Partenariat pour défendre les services publics » afin de lancer cette contestation judiciaire. L'arrêt d'aujourd'hui permettra la reprise des négociations collectives dans le secteur public sans la menace d'une loi anticonstitutionnelle visant à annuler les acquis des travailleuses et travailleurs.

Selon Unifor, la performance des travailleuses et travailleurs du secteur public du Manitoba pendant la COVID-19 montre leur valeur et souligne l'obligation du gouvernement du Manitoba de veiller à ce qu'ils travaillent dans des conditions sécuritaires et équitables. Parmi les sections locales d'Unifor touchées par la LVSP, on compte la section locale 681 (Manitoba Hydro), la section locale 3007 (Université du Manitoba), la section locale 144 (Société des alcools et des loteries du Manitoba) et la section locale 191 (Division scolaire de Lord Selkirk).

Au total, plus de 110 000 travailleuses et travailleurs du secteur public ont été touchés par la loi.

« Les travailleuses et travailleurs du secteur public ont servi les Manitobains avec compétence et dévouement pendant une période très difficile, a déclaré Gavin McGarrigle, directeur de la région de l’Ouest d'Unifor. C'est un soulagement que leurs droits aient été maintenus après que le premier ministre Brian Pallister ait fait tout ce qu'il pouvait pour porter atteinte à ces droits en milieu de travail. »

Suite à cette décision, Unifor exhorte le Premier ministre d'annuler les récentes mises à pied dans des institutions publiques telles que Manitoba Hydro et l'Université du Manitoba.

« Le premier ministre Pallister devrait faire ce qu'il faut et annuler ses mises à pied sans cœur. Il est temps qu'il s'assoie avec les travailleuses et travailleurs du secteur public pour trouver des solutions, plutôt que d’imposer des réductions », a déclaré M. McGarrigle.

Pour solliciter une entrevue en personne ou par Skype/Facetime, veuillez contacter le représentant aux communications d’Unifor, Ian Boyko, à ian.boyko@unifor.org ou au 778-903-6549 (cell).