Vous êtes ici

Jerry Dias appelle à l’action au Mexique

•	Jerry Dias assiste à une conférence de presse sur Zoom à Mexico.
27 mai 2021 - 0:00

27 mai 2021

TORONTO – Le président national d’Unifor Jerry Dias a déclaré aujourd’hui lors d’une conférence de presse à Mexico qu’une action immédiate et forte est nécessaire pour garantir des votes syndicaux libres et transparents pour les travailleuses et travailleurs mexicains.

« Détruire les bulletins de vote, c’est leur refuser une voix, a déclaré Jerry Dias lors de la conférence de presse par Zoom. C’est leur voler leur dignité. C’est criminel. C’est la pire forme d’exploitation. Ce geste doit être puni. »

Unifor exhorte le gouvernement fédéral à envoyer des observateurs canadiens pour superviser un vote syndical à l’usine General Motors de Silao, au Mexique, en juin, après qu’un précédent vote de légitimation de contrat ait été entaché de corruption et d’ingérence criminelle présumée par le syndicat actuel.

Des reportages en provenance du Mexique font état d’allégations de falsification du vote, de destruction de bulletins de vote et d’intimidation des travailleuses et travailleurs de la Confédération des travailleurs du Mexique, interrompant un vote de ratification tant attendu par quelque 6 000 travailleuses et travailleurs de l’usine de camions de GM dans le centre du Mexique.

L’usine fabrique des modèles de camions qui, jusqu’en 2009, étaient assemblés à Oshawa par des membres d’Unifor. Jerry Dias a affirmé qu’Unifor avait participé à la renégociation de l’ALENA pour s’attaquer aux problèmes de la délocalisation d’emplois vers des régions à bas salaire et de l’inégalité des droits des travailleuses et travailleurs.

« Si les travailleurs mexicains souffrent, alors les travailleurs canadiens souffrent aussi, a précisé Jerry Dias. Tous les travailleurs souffrent. Lorsque les travailleurs mexicains de l’automobile reçoivent des salaires artificiellement bas, ils exercent une pression sur les travailleuses et travailleurs canadiens de l’automobile pour qu’ils acceptent de maigres salaires. C’est un cercle vicieux et il faut y mettre fin. »

Des représentants d’organisations syndicales mexicaines et internationales ont également pris la parole lors de la conférence de presse, notamment Jesús Abúndez Rodríguez de la Fédération de l’automobile (FESIIAAAN) et Georg Leutert d’IndustriALL Global Union.

Unifor est le plus grand syndicat du secteur privé au Canada, représentant plus de 315 000 travailleurs dans tous les grands secteurs de l’économie. Le syndicat milite pour tous les travailleurs et leurs droits; il lutte pour l’égalité et la justice sociale au Canada et à l’étranger, et aspire à provoquer des changements progressistes pour un meilleur avenir.

Pour organiser une entrevue, en personne ou par Skype ou FaceTime, communiquez avec Stuart Laidlaw, représentant aux communications d’Unifor, à l’adresse stuart.laidlaw@unifor.org ou au numéro 647-385-4054 (cellulaire).