Vous êtes ici

Doug Ford ne fait rien pour inverser les compressions budgétaires dans la mise à jour financière de l'automne

7 nov 2019 - 0:00

Le 7 novembre 2019

TORONTO—La mise à jour économique d'automne annoncée hier concrétise les plans visant à maintenir les compressions insouciantes dans les services publics et à éviscérer davantage la législation qui protège les droits des travailleuses et travailleurs avec le projet de loi 124.

« Doug Ford a déclaré ouvertement qu'il donnerait un nouveau ton et réduirait les compressions irresponsables de son gouvernement dans des services publics essentiels, mais il s'est avéré que c'était tout autant une invention que le déficit de 15 milliards de dollars, a déclaré Jerry Dias, président national d’Unifor. Le premier ministre dit qu'il est pour les gens, mais il n'écoute certainement pas les travailleurs ou leurs familles qui ont rejeté les coupes et les amputations que son gouvernement a faites aux services publics. »

La mise à jour financière de l'automne du gouvernement Ford aurait pu consacrer la réduction du déficit de 1,3 milliard de dollars à renverser les compressions dans les soins de santé, l'éducation et les services municipaux. Au lieu de cela, le gouvernement a choisi de se dérober à ses responsabilités de fournir des services publics de haute qualité et d'aggraver les conditions de travail dans les hôpitaux, les écoles et les villes

En août 2018, le premier ministre a répété à maintes reprises que la province était confrontée à un déficit budgétaire de 15 milliards de dollars. Le déficit a été invoqué plusieurs fois pour justifier l'abrogation totale de la législation du travail et les compressions budgétaires dans les services publics. En septembre, le déficit s'est établi à environ 7,4 milliards de dollars. La mise à jour financière de l'automne de cette année répète le même mantra, que le déficit de 10,3 milliards de dollars de la province doit être éliminé au détriment des conditions de travail dans le secteur public et des services de moindre qualité.

« Le premier ministre s'en prend aux gens qui s'occupent de nous quand nous sommes malades, éduquent nos enfants et s'assurent que nous vivons dans une société saine et sécuritaire, a déclaré Naureen Rizvi, directrice de la région de l’Ontario d’Unifor. Tant que Doug Ford maintiendra le projet de loi 124 sur la table et insistera pour équilibrer le budget sur le dos de nos membres, nous allons continuer de riposter avec toute notre force. »

En septembre, Unifor a lancé une nouvelle campagne pour mobiliser les membres et le public à travers la province afin de mettre fin aux compressions financières de Ford et à l'introduction prévue d'un gel des salaires dans le secteur public par le biais du projet de loi 124. Le projet de loi empiète directement sur le droit des travailleurs et travailleuses à la libre négociation collective d'au moins 16 000 membres d'Unifor en Ontario. Pour connaître tous les détails de la campagne, visitez stopfordcuts.ca.

Pour obtenir de plus amples renseignements ou planifier une entrevue, contactez le représentant aux communications d’Unifor, David Molenhuis, à david.molenhuis@Unifor.org ou au (416) 575-7453 (cell).