Vous êtes ici

Sauvons les emplois chez Northern Pulp

Ce que les membres d'Unifor devraient savoir sur Northern Pulp

12/2/2019

Unifor représente plus de 220 travailleuses et travailleurs chez Northern Pulp, membres de la section locale 440.

Cliquez sur l'onglet Passez à l'action pour signer notre pétition adressée au premier ministre de la Nouvelle-Écosse, Stephen McNeil, demandant à son gouvernement de faire preuve de leadership afin de rassembler la collectivité et de faciliter la construction de la nouvelle installation de traitement des effluents à la fine pointe de la technologie.

Pour en apprendre davantage au sujet des actions que Northern Pulp a prises pour bâtir sa nouvelle installation de traitement des effluents, visitez le site Web du projet.

Ce que vous devriez savoir au sujet de Northern Pulp

Northern Pulp, une usine de pâte kraft de Pictou, en Nouvelle-Écosse, est le sujet d’un débat animé qui a souvent fait les manchettes locales et même nationales. Les membres de la section locale 440 d’Unifor travaillant à l’usine sont pris au cœur de ce débat entre l’exploitation continue de l’usine, leur gagne-pain, et un petit groupe protestataire déterminé à faire fermer l’usine. Voici ce que les membres d’Unifor devraient savoir sur la situation.

Unifor appuie la fermeture de Boat Harbour

Boat Harbour est l’estuaire à marrée où les effluents de l’usine sont traités avant d’être relâchés dans le détroit de Northumberland. Les eaux de procédé de l’usine circulent sur plusieurs kilomètres de conduites vers ces lagons et dans le détroit depuis les années 1960. Le problème, autant à l’époque que depuis des décennies, est que Boat Harbour est situé sur le territoire de la Première Nation de Pictou Landing.

Les peuples de la Première Nation de Pictou Landing ont obtenu des renseignements erronés et trompeurs sur les plans du gouvernement et de l’entreprise ainsi que l’impact potentiel sur leurs terres et ressources en eau.  Unifor appuie entièrement la décision du gouvernement actuel de fermer Boat Harbour et de demander à l’usine Northern Pulp de trouver une nouvelle façon de traiter les eaux de procédé.

Nouveaux propriétaires, nouvelles pratiques environnementales

La réglementation environnementale canadienne dans le secteur forestier a d’abord été mise en œuvre au début des années 1990 et s’est depuis améliorée constamment, alors que la population est davantage sensibilisée aux questions environnementales et que de nouvelles technologies sont disponibles. Le Canada dispose maintenant de certaines des lois environnementales dans le secteur forestier les plus strictes au monde.

Les anciens propriétaires de l’usine de Pictou ont fait ce que bon nombre d’entreprises de pâtes et papiers du monde entier ont fait pendant des décennies : épuiser les ressources et s’en aller. Lorsque les propriétaires actuels, Paper Excellence, ont acheté l’usine en 2011, une importante modernisation était nécessaire. Paper Excellence a investi plus de 100 millions de dollars depuis 2011 pour de nouveaux équipements et de nouvelles technologies afin de moderniser l’usine et d’améliorer son empreinte écologique, notamment :

  • en remplaçant le dépoussiéreur, lequel retire les particules de la condensation, améliorant ainsi grandement la qualité de l’air;
  • en faisant la conversion du combustible de soute C en gaz naturel;
  • en respectant la nouvelle réglementation stricte sur l’utilisation de l’eau établie par le ministère de l’Environnement de la Nouvelle-Écosse;  
  • en travaillant avec diligence pour prévoir la construction d’une toute nouvelle installation de traitement des effluents sur place de 150 millions de dollars.

L’entreprise a commis son lot d’erreurs en ne développant pas une relation de travail étroite avec la communauté de la Première Nation et en tentant d’étouffer ou d’ignorer le débat communautaire et les inquiétudes quant aux impacts environnementaux. Unifor avait soulevé ces préoccupations et s’attend à ce que l’entreprise assume ses responsabilités sociales et environnementales.

Opposition à une installation de traitement moderne

Lorsque le gouvernement de la Nouvelle-Écosse a adopté la Boat Harbour Act en 2015, donnant à l’entreprise jusqu’au 31 janvier 2020 pour trouver une nouvelle solution pour ses effluents, tout le monde semblait d’accord pour respecter les droits de la Première Nation et créer un nouvel héritage pour l’usine, les travailleuses et travailleurs de l’usine, et la communauté.

L’usine a présenté des plans, lesquels sont actuellement étudiés par le gouvernement de la Nouvelle-Écosse, pour construire une installation de traitement sur place, signifiant qu’aucune eau non traitée ne quitterait l’usine, éliminant ainsi le risque de fuites dans les conduites.

À l’approche de la date limite pour la fermeture de Boat Harbour, un groupe local exige la fermeture de l’usine. Ce groupe de Pictou continue de s’opposer fermement, même si les usines de pâtes et papiers du Canada et des États-Unis utilisent des systèmes comme celui que Northern Pulp a prévu employer et coexistent brillamment avec leur communauté.

Des milliers d’emplois en jeu

Unifor représente 240 des 330 travailleuses et travailleurs de Northern Pulp, mais ces emplois ne seront pas les seuls perdus si l’usine est forcée de fermer ses portes. L’usine achète des copeaux de bois, des déchets de bois et des arbres qui ne conviennent pas pour le bois d’œuvre auprès de 11 scieries de la province et ces usines ont indiqué qu’elles ne poursuivraient probablement pas leurs activités si l’usine Northern Pulp ferme ses portes, ne serait-ce que temporairement.

Une analyse modeste de l’impact économique de l’usine précise que plus de 11 000 emplois sont en jeu dans l’ensemble de la province si elle ferme ses portes. La plupart de ces emplois sont occupés dans des zones rurales de la Nouvelle-Écosse où il est difficile de trouver ou de créer d’autres emplois.

Les membres de l’usine Northern Pulp ont besoin de votre soutien

Unifor surveille de près le projet d’usine de traitement des effluents de l’entreprise et s’attend à ce que l’usine assume et dépasse ses obligations environnementales et respecte ses engagements auprès de la Première Nation de Pictou Landing.

Aujourd’hui, les membres de la section locale 440 ont besoin de votre soutien pour défendre leurs emplois ainsi que l’industrie forestière indispensable et interdépendante de la Nouvelle-Écosse. Les emplois forestiers sont bien rémunérés et l’industrie continuera d’offrir de bons emplois pour les générations à venir. Appuyons haut et fort un nouvel héritage pour l’usine Northern Pulp.

Nous pouvons à la fois avoir des emplois de qualité, protéger l’environnement et respecter les Premières Nations.

Unifor.org/foresterieNE

L'impact économique de Northen Pulp Nouvelle-Écosse

8/7/2019

Unifor a confié à Gardner Pinfold Consulting la réalisation d'une étude sur l'impact économique de la fermeture éventuelle de l'usine de Northern Pulp d'Abercrombie, en Nouvelle-Écosse.

Téléchargez l'étude ici (disponible uniquement en anglais)

Téléchargez un sommaire de l'étude ici.

Unifor envoie une lettre au ministère de l’Environnement de la Nouvelle-Écosse appuyant la société Northern Pulp

3/6/2019

Le ministère de l’Environnement de la Nouvelle-Écosse a sollicité les commentaires du public sur la demande d’évaluation environnementale déposée par la société Northern Pulp jusqu’au 9 mars 2019. Unifor a envoyé une lettre appuyant le processus et exhortant le gouvernement à trouver une solution qui appuie la Loi sur l’environnement, laquelle énonce une série de principes sur le développement durable qui devrait guider son application, notamment :

« Le lien entre les questions économiques et environnementales, en reconnaissant que la prospérité économique à long terme dépend d’une saine gestion environnementale et qu’une protection efficace de l’environnement dépend d’une économie forte. »

Lisez l’intégralité de la lettre ici.

Entrevue de Lana Payne à l’émission de Sheldon MacLeod

2/21/2019

Lana Payne, directrice de la région de l’Atlantique, rend visite à Todd Veinotte, en remplacement de Sheldon MacLeod, à NEWS 95.7 FM à Halifax pour discuter de la situation actuelle de la société Northern Pulp et de la raison pour laquelle il est nécessaire d’assurer un leadership politique.

Unifor diffuse une annonce dans la région de Pictou

2/10/2019

Cliquez ici pour écouter le message publicitaire de 30 secondes qu’Unifor a diffusé dans la région de Pictou tout au long du mois de février. (Annonce disponible en anglais seulement.)

Déclaration d'Unifor:La province doit assumer un rôle de leadership concernant Northern Pulp

11/14/2018

Le 14 novembre 2018

Unifor demande au premier ministre Stephen McNeil et à son gouvernement de jouer un rôle de leadership pour résoudre les tensions croissantes entourant l'usine de Northern Pulp dans le comté de Pictou. Le syndicat est très préoccupé par la situation tendue dans la collectivité, y compris la possibilité que Northern Pulp ferme l'usine jusqu'à ce qu'une installation de traitement des effluents puisse être construite.

« Cette situation a assez duré. Les tensions et les divisions ne cessent de croître et le premier ministre doit assumer un leadership à cet égard, a déclaré Lana Payne, directrice de la région de l'Atlantique d’Unifor. Nous nous attendons à ce qu'il intervienne, réunisse toutes les parties et tente d'avoir un dialogue raisonnable dans l'espoir de trouver une solution. »

« Nous demandons également au premier ministre de protéger et de défendre les bons emplois dans la province, comme ceux de l'usine et les centaines et centaines de travailleurs des collectivités de la Nouvelle-Écosse qui dépendent de cette usine pour leur subsistance, a déclaré Scott Doherty, adjoint exécutif du président national d’Unifor. Il n'y a aucune raison qu'on ne puisse pas protéger l'environnement et avoir de bons emplois dans le secteur forestier. »

De nombreuses usines de pâtes et papiers sont exploitées de façon sécuritaire et disposent d'installations de traitement des effluents respectueuses de l'environnement au Canada le long des côtes, y compris en Colombie-Britannique.

Unifor représente plus de 230 travailleuses et travailleurs à l'usine. Ce sont des emplois bien rémunérés qui aident à soutenir la région. De nombreuses scieries de la province et leurs employés dépendent également de l'usine pour leur gagne-pain. Les répercussions économiques d'une fermeture seraient dévastatrices pour des centaines de familles du comté de Pictou et auraient des répercussions très négatives sur l'économie de la Nouvelle-Écosse dans son ensemble.

Unifor est le plus grand syndicat du secteur privé au Canada, représentant 315 000 travailleurs dans tous les grands secteurs de l’économie. Le syndicat milite pour tous les travailleurs et leurs droits; il lutte pour l’égalité et la justice sociale au Canada et à l’étranger, et aspire à provoquer des changements progressistes pour un meilleur avenir.

Téléchargement (uniquement en anglais)

Le point pour les membres d’Unifor travaillant à la Northern Pulp

Depuis l'annonce du premier ministre Stephen McNeil le 20 décembre, Unifor a rencontré des représentants de la compagnie et du gouvernement afin de déterminer les prochaines étapes pour les travailleuses et travailleurs de la Northern Pulp, membres de la section locale 440.

Le 2 janvier, Unifor a rencontré des représentants du gouvernement afin de discuter de leurs plans pour les travailleuses et travailleurs de l'ensemble du secteur forestier. À cette rencontre, l'adjoint exécutif du président national Scott Doherty, la directrice régionale de l'Atlantique Linda MacNeil, le représentant national Ian Hutchison et Shelley Amyotte du Service des communications d’Unifor étaient présents. Ils ont rencontré la sous-ministre intérimaire du Travail et de l'Enseignement supérieur, Ava Czapalay, et la sous-ministre des Affaires intergouvernementales, Kelliann Dean.

Le premier ministre McNeil a annoncé un fonds de transition de 50 millions de dollars pour les travailleurs forestiers, ce qui a suscité un intérêt particulier pendant la réunion, surtout que le fonds n'a jamais été mentionné au syndicat, ni à personne d'autre, avant sa décision du 20 décembre.

Le gouvernement en est aux premières étapes de la planification et de la mise en œuvre de la transition et il s'adresse actuellement à différents employeurs et groupes industriels pour comprendre l'ampleur des besoins prévus à l'approche de la fermeture de la Northern Pulp le 31 janvier. Les dirigeants d’Unifor ont souligné l'importance que le fonds soit utilisé pour aider directement les travailleuses et travailleurs, et que tout financement nécessaire pour aider à la transition de l'industrie provienne de différentes ressources gouvernementales.

Le syndicat a encore une fois indiqué clairement que la perte d'un joueur clé comme la Northern Pulp dans l'industrie forestière aux interconnexions si étroites entraînera des pertes d'emplois inévitables et permanentes. Trouver de nouveaux marchés pour la pâte et les copeaux de bois serait coûteux, très concurrentiel et, en fin de compte, ne serait pas une solution viable pour soutenir le secteur forestier de la Nouvelle-Écosse. Sans un marché pour la pâte de bois, la Nouvelle-Écosse aura plus de difficulté à mettre en œuvre les recommandations pour un secteur forestier durable tel que souligné dans le rapport Lahey.

Vos représentants d’Unifor ont fait valoir que le meilleur plan d'action en vue d’assurer la viabilité et la durabilité  de l’industrie forestière dans la province consiste à maintenir la Northern Pulp en activité. Nous avons réitéré que les 50 millions de dollars devraient servir à aider tous les travailleurs et travailleuses de l'industrie par le biais d'une fermeture temporaire de l'usine pour faciliter la construction de la nouvelle installation de traitement des effluents de Northern Pulp.

Nous avons également suggéré l'idée de solliciter un expert indépendant qui pourrait servir d'intermédiaire entre les organismes de réglementation gouvernementaux et l'entreprise afin d'établir un processus et des échéanciers fermes et équitables pour les approbations nécessaires à la construction de l'usine de traitement des effluents. Jusqu'à présent, le processus réglementaire s'est avéré imprévisible et peu clair pour une entreprise prête et désireuse d'investir en Nouvelle-Écosse, dans son environnement et auprès de ses travailleuses et travailleurs.

Unifor reste engagé envers les membres de la section locale 440 et considère toujours que le meilleur résultat possible est celui où vous pouvez rester en Nouvelle-Écosse et continuer à gagner un bon revenu pour votre famille en faisant ce que vous aimez. Le syndicat comprend également l'ampleur des répercussions de la fermeture de la Northern Pulp sur les 11 500 travailleurs et travailleuses de l'ensemble du secteur forestier et sur les 30 000 propriétaires de boisés privés, et il souhaite que le gouvernement fasse tout ce qu'il peut pour éviter des pertes d'emploi et des difficultés financières généralisées.

Nous nous attendons à recevoir des commentaires sur nos recommandations et nos questions d'ici une semaine à dix jours.

Des discussions avec la Northern Pulp et la société mère Paper Excellence sont en cours.

Téléchargez