Vous êtes ici

Lock-out de D-J Composites

Les travailleuses et travailleurs du secteur de l’aéronautique de la section locale 597 ont été mis en lock-out par leur employeur américain juste avant Noël en décembre 2016, il y a près de 21 mois.

Le siège social de D-J Composites est situé dans un État qui reconnaît le droit au travail, le Kansas, et on a toléré que l’entreprise se comporte comme si l’usine de Gander n’était pas assujettie à la législation du travail locale.

L’employeur a été déclaré coupable d’avoir négocié de mauvaise foi en mai 2017. Plus tôt cette année, il a été reconnu coupable d’avoir enfreint les lois du travail de la province pour une deuxième fois, mais jusqu’à présent, le gouvernement provincial ne lui a imposé aucune conséquence.

Il a essayé de défaire le syndicat.

Il a embauché des briseurs de grève pour faire le travail des membres de la section locale 597.

Le gouvernement de Terre-Neuve-et-Labrador est resté silencieux, et pendant des mois, il a ignoré les appels d’Unifor pour revoir les lois du travail désuètes qui ont permis à ce lock-out de se poursuivre pendant plus de 600 jours.

Mais depuis que des centaines de militants syndicaux ont envahi Gander le 26 septembre dernier et que des milliers d’autres ont démontré leur soutien en ligne, nous sommes finalement parvenus à une résolution.

Le mercredi 3 octobre, D-J Composites a accepté d’aller en arbitrage exécutoire pour mettre fin au lock-out.

Merci.

Campaign Updates

Unifor organise une grande manifestation pour soutenir des travailleurs en lock-out à Gander

9/11/2018 -

GANDER – Unifor organise une grande manifestation à Gander, Terre-Neuve, pour souligner la 93e semaine d’un difficile lock-out décrété par D-J Composites.

« Ce lock-out impitoyable traîne depuis trop longtemps à cause de cet employeur qui cherche à démanteler le syndicat et d’un gouvernement provincial honteusement complaisant, a déclaré Jerry Dias, président national d'Unifor. Si vous croyez que ces travailleurs méritent d’être traités équitablement par leurs patrons et que les gouvernements devraient défendre les travailleurs, alors venez manifester avec nous à Gander le 26 septembre. »

« Ces travailleurs et leurs familles ont grandement souffert en raison des actions de leur employeur et de l’hésitation de Dwight Ball, a affirmé Lana Payne, directrice de la région de l’Atlantique d’Unifor. Unifor demande que la province rectifie les lois du travail qui permettent à une telle injustice de perdurer et que D-J Composites revienne à la table pour négocier une entente équitable qui respecte les droits des travailleurs. »

Trente membres d’Unifor sont en lock-out depuis décembre 2016 après avoir refusé un contrat qui demandait d’importantes concessions. Depuis, leur employeur D-J Composites refuse de négocier de bonne foi et a été reconnu coupable à deux reprises de négociation de mauvaise foi sans subir de conséquences.

Les médias d’information sont invités à assister à la manifestation de solidarité d’Unifor pour soutenir les travailleurs en lock-out de D-J Composites.

Où :        D-J Composites

                1 C. L. Dobbin Dr, Gander, Terre-Neuve-et-Labrador, A1V 2V3

Quand :  Mercredi 26 septembre à 10 h

Qui :       Jerry Dias, président national d'Unifor, Lana Payne, directrice de la région de l’Atlantique d’Unifor, et les travailleurs en lock-out seront présents pour commenter.

Visitez le site unifor.org pour obtenir de plus amples informations.

Les membres du public et des médias sont encouragés à assister pour exprimer leur appui à ces travailleurs et demander l’adoption d’une loi anti-briseurs de grève qui protège le droit des travailleurs à la négociation collective, tel que prévu à la Charte.

Unifor est le plus grand syndicat du secteur privé au Canada, représentant 315 000 travailleurs dans tous les grands secteurs de l’économie. Le syndicat milite pour tous les travailleurs et leurs droits; il lutte pour l’égalité et la justice sociale au Canada et à l’étranger, et aspire à provoquer des changements progressistes pour un meilleur avenir.

Si vous avez besoin d’autres informations ou planifier une entrevue en personne ou en direct sur FaceTime, veuillez contacter la directrice des communications d’Unifor, Natalie Clancy, à natalie.clancy@unifor.org ou au 416-707-5794 (cell).

Une autre violation reconnue dans le lock-out de D-J, mais aucune conséquence pour l’employeur

2/13/2018 -

Pour la deuxième fois, la commission des relations de travail de Terre-Neuve-et-Labrador a statué que D-J Composites enfreint la Loi sur les relations de travail de la province.

Toutefois, la commission n’a pas convenu de prendre des mesures qui aideraient à résoudre le lock-out des 30 travailleuses et travailleurs de l’aérospatiale de la section locale 597 à Gander, décrété il y a 410 jours.

« Cette situation illustre la totale et complète insuffisance des lois désuètes du travail de la province que les employeurs utilisent pour priver les travailleuses et travailleurs de leurs droits. Ne vous y méprenez pas, le gouvernement a un parti pris dans ce conflit. Il se range du côté de l’employeur américain », a déclaré Lana Payne, directrice de la région de l’Atlantique.

Ces travailleuses et travailleurs ont été placés en lock-out par leur employeur, établi au Kansas, quelques jours avant Noël en décembre 2016.

La semaine dernière, la commission des relations de travail a statué que l’employeur enfreint la section 75 de la Loi, mais n’a pas diffusé encore les motifs écrits de cette décision.

Le seul recours que la commission a appliqué était d’émettre une ordonnance écrite à D-J Composites de cesser de contacter les membres, comme l’entreprise l’avait fait en juin lorsqu’elle a envoyé des offres individuelles de retour au travail aux membres en lock-out.

Unifor estime que la commission des relations de travail a besoin de pouvoirs additionnels afin de traiter des cas d’employeurs qui violent de façon flagrante les lois sans aucune conséquence.

Le syndicat a fait connaître ses préoccupations au gouvernement de Terre-Neuve-et-Labrador, y compris au premier ministre, pour réclamer des changements législatifs.

Échec de la tentative de médiation

11/20/2017 -

C’est avec une grande frustration que nous devons signaler l’échec de la tentative de médiation en vue de trouver un règlement pour une convention collective équitable pour les membres en lock-out de la section locale 597.

Le comité de négociation d’Unifor était déterminé, et continue de l’être, à négocier une entente juste et raisonnable, mais l’employeur ne l’était pas et continue de faire des demandes qui ne tiennent pas compte des droits d’ancienneté des travailleuses et travailleurs chez D-J Composites et qui minent le syndicat. 

Ce lock-out dure depuis 336 jours et les demandes de la compagnie ne sont ni justes ni équitables pour nos 32 membres qui s’apprêtent à affronter un autre Noël dans le froid. Par exemple, l’employeur continue de demander:

  • Une échelle salariale basée sur le mérite (paie conditionnelle);
  • Une offre salariale qui gèlerait le salaire de certains membres à leur taux salarial du 1er avril 2014 jusqu'en décembre 2020 au moins; et
  • Une réorganisation du lieu de travail qui établirait des classifications, peu importe l'ancienneté des travailleuses et travailleurs.

John Roil, un médiateur indépendant chevronné, a été nommé par le gouvernement de Terre-Neuve dans un effort de médiation d’une entente avec D-J Composites, un employeur établi aux États-Unis, qui a déjà été trouvé coupable de négocier de mauvaise foi par la commission des relations de travail.

Lorsque le ministre de l’Enseignement postsecondaire, des Compétences et du Travail, l’honorable Al Hawkins, a nommé un médiateur indépendant, il a exhorté les deux parties (le syndicat et l’employeur), à « faire un effort résolu pour travailler avec M. Roil afin de mettre fin à ce conflit », mais la compagnie a manifestement refusé de suivre ce conseil.

Le comité de négociation d’Unifor reste déterminé à ce que les membres retournent au travail en négociant une convention collective équitable.

Unifor demande au ministre du Travail de Terre-Neuve de nommer un médiateur pour le lock-out de D-J Composites

10/18/2017 -

Le 18 octobre 2017

Saint-Jean – Unifor demande au ministre du Travail de Terre-Neuve-et-Labrador, Al Hawkins, de nommer un médiateur, dix mois après que les 32 travailleurs ont été placés en lock-out à Gander par leur employeur D-J Composites établi aux États-Unis.

Cliquez ici pour lire la version complète de la release aux medias