Vous êtes ici

Lever l’interdiction de don de sang

Saviez-vous que les politiques canadiennes sur le don de sang sont encore discriminatoires?

Le système de santé du Canada fait face à une pénurie chronique de sang et de produits sanguins. Malgré cette pénurie, la Société canadienne du sang et Héma-Québec continuent de faire de la discrimination envers les hommes qui ont des rapports sexuels avec des hommes. Une nouvelle politique d'interdiction vise également les femmes transgenres n'ayant pas subi une chirurgie de réassignation de genre et ayant des rapports sexuels avec des hommes.

Fondées sur la stigmatisation et non sur la science, ces politiques rappellent que le premier ministre Justin Trudeau n'a pas tenu sa promesse de les abandonner. En 2015, Justin Trudeau avait en effet promis pendant sa campagne électorale de mettre fin à l’interdiction.

La politique relative au don de sang qui est actuellement en vigueur ne tient pas compte :

  • des innovations scientifiques survenues dans le dépistage du VIH et de l’hépatite C depuis les années 1980;
  • du fait que n’importe qui peut avoir des comportements sexuels à risque élevé;
  • du fait que les personnes exposées au VIH par des rapports hétérosexuels sont plus susceptibles d'ignorer qu'elles sont séropositives;
  • de la prophylaxie antirétrovirale avant l'exposition, méthode pharmaceutique utilisée au Canada dans le but de réduire le risque de contracter le VIH à l'aide de médicaments préventifs.

La Société canadienne du sang et Héma-Québec devraient poser les mêmes questions à toutes les personnes qui veulent donner du sang, et ces questions devraient cibler des comportements sexuels à risque élevé précis. Elles ne devraient pas être fondées sur l'orientation sexuelle ni sur l’identité de genre.

Aidez Unifor à lutter contre l’interdiction de don de sang.  Signez la pétition aujourd’hui.