Vous êtes ici

La réglementation du gouvernement de l'ontario concernant les préposés aux services de soutien à la personne, qui manque de détails, soulève plus de questions qu'elle n'apporte de réponses et n’offre pas l'aide urgente dont les travailleuses et travailleu

Logo du SEIU, CUPE et Unifor
27 avr 2021 - 0:00

Des syndicats représentant 175 000 travailleuses et travailleurs sur la ligne de front de cette pandémie réitèrent leur demande au gouvernement Ford de soutenir les travailleuses et travailleurs.

TORONTO (Ontario) – Aujourd'hui, l’UIES Soins de santé, Unifor et le SCFP, des syndicats représentant 175 000 travailleuses et travailleurs de la santé en Ontario, s'inquiètent du fait que le gouvernement Ford de l'Ontario a présenté un projet de loi visant à réglementer les préposés aux services de soutien à la personne sans leur fournir le soutien urgent dont ils ont besoin dès maintenant pour continuer à lutter contre la pandémie.

Dans sa forme actuelle, le projet de loi manque de détails et soulève plus de questions que de réponses. Il donnerait au gouvernement des pouvoirs l’autorisant à prendre des décisions futures à huis clos.

Les préposés aux services de soutien à la personne ont besoin d'un soutien urgent aujourd'hui, comme des emplois à temps plein, des augmentations de salaire permanentes pour un salaire de subsistance, et une augmentation des niveaux de dotation en personnel pour fournir des soins sécuritaires et dignes aux personnes âgées. Au lieu de cela, ce qu'ils obtiennent, c'est l'incertitude quant à l'avenir de leur profession.

Quels sont les coûts imposés aux préposés aux services de soutien à la personne? Qui sont les personnes nommées pour protéger les préposés aux services de soutien à la personne dans cet arrangement? Quel recours ont les préposés aux services de soutien à la personne pour se défendre contre les plaintes dans les lieux de travail où le niveau de personnel est dangereusement bas?

Nous demandons une fois de plus à Doug Ford de faire ce qu'il a refusé de faire jusqu'à présent pour respecter, protéger et mieux rémunérer les travailleuses et travailleurs de la santé comme les préposés aux services de soutien à la personne :

  • Inverser l'exode du personnel dans le secteur de la santé en transformant les emplois à temps partiel exploités en emplois à temps plein avec des avantages sociaux.
  • Accorder des congés de maladie payés pour les maladies liées à la Covid-19 et verser une rémunération pendant que le personnel attend les résultats des tests de Covid-19 ou est en isolement.
  • Fournir les EPI dont les travailleuses et travailleurs de la santé ont besoin pour travailler en toute sécurité.
  • Faire en sorte que la prime de pandémie initiale de 4 dollars de l'heure soit accessible à tous les travailleurs et travailleuses de la santé et devienne permanente.

CITATIONS:

« Il est vraiment regrettable que le gouvernement Ford ait choisi de passer ce moment à imposer aux les préposés aux services de soutien à la personne un système de réglementation douteux au lieu de profiter de l'occasion pour annoncer des mesures de soutien essentielles comme les jours de congé de maladie payés. Les les préposés aux services de soutien à la personne et les travailleuses et travailleurs de la santé de première ligne comme eux méritent un salaire décent et des emplois à temps plein. Il n'y a pas de plus grande urgence que de soulager nos héroïnes et héros sur la ligne de front d'un système de soins de santé qui s'effondre, et c'est ce qui requiert notre attention immédiate. » - Sharleen Stewart, présidente, UIES Soins de santé

« Adopter une loi habilitante sans accord avec les préposés aux services de soutien à la personne sur les principes de base n'est pas la façon de procéder. Les préposés aux services de soutien à la personne sont très préoccupés par les coûts supplémentaires qui leur sont imposés, l'application régulière de la loi, le maintien des droits acquis et d'autres questions. Cela ne devrait pas être la priorité du gouvernement pour les préposés aux services de soutien à la personne en ce moment. » - Candace Rennick, secrétaire-trésorière, SCFP Ontario

« Annoncer un cadre législatif pour les préposés aux services de soutien à la personne alors que le gouvernement n'a rien fait pour régler les problèmes qui les affligent n'a aucun sens. Ces travailleuses et travailleurs, qui ont été chroniquement sous-payés et ont peu accès à un emploi à temps plein, auront désormais un fardeau financier supplémentaire qui pourrait s'élever à des centaines de dollars par an pour chaque personne. Le gouvernement a encore beaucoup de travail à faire avant d'en arriver là, et cela inclut de ne pas défendre les exploitants de SLD à but lucratif dans leur tentative de refuser à leurs employés le maintien de l'équité salariale par comparaison. » - Katha Fortier, adjointe au président national, Unifor

Corey Johnson, Communications, UIES Soins de santé - c.johnson@seiuhealthcare.ca, 416-529-8909

Stella Yeadon, Communications, SCFP - syeadon@cupe.ca, 416-559-9300

Hamid Osman, Communications, Unifor - Hamid.Osman@unifor.org, 647-448-2823