Bon nombre des travailleuses et travailleurs des résidences pour retraités Chartwell sont payés au salaire minimum. L’entreprise aimerait même geler les salaires jusqu’en 2020. En réalité, la plupart des employés ne gagnent même pas un salaire minimum vital.  Ils offrent des soins et de la compassion aux résidents, un travail jugé suffisamment important pour que la Commission des relations de travail de l’Ontario leur refuse systématiquement le droit de grève et les assujettisse à la même loi que les travailleuses et travailleurs des hôpitaux.

Pendant ce temps, le président du conseil d’administration de Chartwell, l’ancien premier ministre Mike Harris, gagne 237 000 $ par année pour un travail à temps partiel.

Chartwell a les moyens d’offrir des salaires équitables. Ces fournisseurs de soins ont besoin de votre soutien.

Signer la pétition et manifester votre appui aux travailleuses et travailleurs de Chartwell.