Unifor demande que le gouvernement du Canada établisse un plan d’action national sur la violence fondée sur le genre qui s’harmonise avec les plans d’action nationaux parallèles sur les femmes et filles autochtones disparues et assassinées. Un plan d’action national permettrait de comprendre les causes fondamentales de la violence fondée sur le genre et de déployer des efforts coordonnés et efficaces à l’échelle fédérale, provinciale, territoriale et municipale.

La lettre de mandat de la ministre Monsef exige clairement un plan d’action national sur la violence fondée sur le genre afin de s’assurer que toute personne victime de violence fondée sur le genre dispose de services et de mesures de protection fiables et opportuns.

L’isolement découlant de la pandémie entraîne une hausse de la violence et grève les budgets des services communautaires. En moyenne, une femme ou une fille est tuée au pays tous les 2,5 jours, une tendance constante depuis 40 ans. Dans l’ensemble, 91 % des suspects identifiés sont des hommes, ce qui correspond aux schémas nationaux et internationaux.

Les femmes et les filles autochtones étaient surreprésentées parmi les victimes. Bien qu’elles constituent environ 5 % de la population du Canada, elles représentent 36 % de toutes les femmes et les filles victimes de violence qui sont tuées.

Cet enjeu ne peut pas être remis à demain : ce plan d’action est nécessaire maintenant. Ajouterez-vous votre voix à cet important appel à l’action aujourd’hui?

Lorsque vous cliquez sur le bouton APPELER, le système appelle votre téléphone et vous dirige vers le bureau de votre député(e). ASSUREZ-VOUS D’ÊTRE PRÊT(E).