Vous êtes ici

Unifor demande au ministre du Travail de Terre-Neuve de nommer un médiateur pour le lock-out de D-J Composites

Le 18 octobre 2017

Saint-Jean – Unifor demande au ministre du Travail de Terre-Neuve-et-Labrador, Al Hawkins, de nommer un médiateur, dix mois après que les 32 travailleurs ont été placés en lock-out à Gander par leur employeur D-J Composites établi aux États-Unis.

« Les lois du travail de la province sont inadéquates et doivent être corrigées, mais entre-temps, le ministre doit intervenir pour aider à trouver un règlement à ce conflit », a déclaré Lana Payne, directrice de la région de l’Atlantique.

Unifor a rencontré le ministre Hawkins il y a un mois pour expliquer en détail les problèmes liés au lock-out, et lui a aussi demandé d’intervenir.

« Nos membres ont passé 10 mois sur une ligne de piquetage.  Il est temps que le gouvernement intervienne. Ce n’est pas un dossier ici où le ministre doit rester neutre. La neutralité s’impose lorsque les deux parties respectent les règles du jeu, et cet employeur a ignoré les lois du travail de la province. C'est la raison pour laquelle le ministre doit exercer son autorité », a ajouté Lana Payne.

D-J Composites a été reconnue coupable de négociation de mauvaise foi en mai 2017 par la commission des relations de travail de Terre-Neuve-et-Labrador. Le ministre a aussi l’autorité en vertu de l’article 115(1) de la Loi sur les relations de travail de nommer un médiateur qualifié pour tenter de conclure une entente ou faire rapport au ministre sur les raisons de l’impasse.

Les membres de la section locale 597 d’Unifor font le piquet de grève depuis 303 jours, après que D‑J Composites leur a exigé des concessions déraisonnables, s’en est pris à la protection de leur ancienneté et a demandé des changements qui équivalent à un démantèlement syndical.

Pour obtenir de plus amples renseignements, communiquez avec la représentante aux communications d’Unifor, Natalie Clancy : Natalie.Clancy@unifor.org ou (902) 478-9283 (cell).