Vous êtes ici

Conseil des syndicats du secteur des soins de santé de la Nouvelle-Écosse

Le Conseil des syndicats du secteur des soins de santé de la Nouvelle-Écosse, composé de membres des comités de négociation du NSGEU, du SCFP et d’Unifor, essaie de négocier une nouvelle convention collective depuis octobre 2016, malgré de multiples obstacles.

La loi promulguée par le gouvernement libéral oblige le Conseil des syndicats à négocier une seule convention collective pour remplacer toutes les conventions collectives qui étaient en vigueur pour chacune des anciennes autorités sanitaires de district.

Elle fait partie de plusieurs lois des libéraux qui s’en prennent aux droits des travailleuses et travailleurs, et les employeurs tentent de retirer des avantages clés des travailleuses et travailleurs du secteur des soins de santé de la province.

Historique et personnes ressources pour les médias

Mises à jours

Progrès limité en conciliation pour le secteur des soins de santé de la Nouvelle-Écosse

11/30/2017 -

Le Conseil des syndicats des soins de santé de la Nouvelle-Écosse et les employeurs (NSHA et IWK) ont terminé trois jours de conciliation et prévoient se rencontrer à nouveau en janvier pour cinq autres jours.  Les trois jours de rencontres en novembre ont permis de tenir de bonnes discussions et de faire un certain progrès. Toutefois, il reste encore beaucoup de travail.

À ce jour, les parties ont tenu 27 séances de négociation dans le cadre d'une ronde de négociation très complexe qui exige de regrouper les conventions collectives des quatre syndicats (Unifor, SFPNE, SCFP et SIINE) dans les secteurs des soins actifs et des soins communautaires.

Les négociations des secteurs ont été imposées aux syndicats lorsque le gouvernement provincial libéral a instauré une seule autorité provinciale en matière de santé.

En dépit d’un certain progrès sur le plan des négociations, des points très importants restent à régler dont : les affichages de poste, la sécurité d’emploi, les congés de maladie, les avantages collectifs, les avantages des retraités, le calendrier des vacances, les congés, les heures supplémentaires, les heures de travail, et plus encore.

Le processus de négociation continue d’être difficile, mais les membres du Conseil travaillent bien ensemble pour s'assurer que le progrès se poursuit au nom de tous les membres.

Il est important de souligner que la tâche a été rendue bien plus difficile lorsque le gouvernement libéral de la Nouvelle-Écosse a adopté une loi gelant les allocations de retraite des membres syndiqués et en imposant des restrictions salariales, dont deux ans sans aucune hausse salariale.

En même temps que les négociations, le Conseil continue de tenter de négocier une entente relative aux services essentiels (ESE) avec les employeurs. L’ESE est négociée pour la première fois et était exigée par une autre loi du gouvernement libéral. La loi du gouvernement libéral interdit aux syndicats de déclencher une grève jusqu’à ce qu’une entente sur les services essentiels soit conclue, ce qui a profondément limité les moyens de négociation à la table. Lorsqu’elle sera établie, l’ESE déterminera quels sont les postes qualifiés de services essentiels qui devront continuer d’être desservis pendant un conflit de travail, une grève ou un lock-out.

L’ESE couvrira 6 500 travailleuses et travailleurs des soins de santé dans la province, ce qui rendra la tâche très complexe. Pour ajouter aux complications liées à la négociation d'une ESE, les négociateurs des services essentiels des employeurs se sont retirés de la table au courant de l'été et ont refusé d’y revenir. 

Lorsque les négociations des services essentiels seront terminées au cours des prochains mois, le Conseil s’attend à faire encore plus de progrès dans la négociation de nouvelles conventions collectives.

Le comité de négociation du Conseil des syndicats du secteur des soins de santé est composé de six membres du NSGEU, de trois membres du SCFP et d’un membre d’Unifor. Le NSNU fait également partie du Conseil des soins de santé. Le Conseil de négociation du secteur des soins de santé est la principale table de négociation dans cette ronde. Le comité représentant les professionnels de l’administration, le personnel de soutien et le personnel infirmier se prépare à entamer les négociations lorsqu'une entente sera conclue dans les soins de santé.

Pour obtenir de plus amples renseignements, veuillez communiquer avec les membres du comité de négociation d’Unifor :

Susan Gill, représentante nationale  susan.gill@unifor.org

Jamie Pollock, président de la section locale 4600 unifor4600@bellaliant.com

La conciliation commence cette semaine

11/6/2017 -

La conciliation a commencé le 9 novembre avec le Conseil des syndicats du secteur des soins de santé en Nouvelle-Écosse, qui tente de conclure une convention collective équitable pour des centaines de travailleuses et travailleurs employés par l’autorité sanitaire de la Nouvelle-Écosse et l’IWK. Le conseil est composé de membres des comités de négociation d’Unifor, du SFPNE, du SCFP et du SIINE.

Le ministère du Travail et de l’Enseignement supérieur a nommé Christina Browning à titre de conciliatrice, et des rencontres sont prévues les 9, 10 et 16 novembre.

Les pourparlers ont achoppé avec les employeurs en octobre avec la section locale 4600 d’Unifor, et le SFPNE, le SCFP et le SIINE. Il est attendu que la conciliation nécessitera plus de trois dates de rencontres en raison de la complexité de la tâche, et du fait que les syndicats et les employeurs ont des positions très éloignées, mais le processus continue d’avancer.

Les négociateurs du Conseil des syndicats s’efforcent de conclure une entente relative aux services essentiels afin qu’il soit en position légale de déclencher une grève, mais les négociateurs des services essentiels des employeurs se sont retirés de la table l’été dernier.

Les négociateurs du Conseil des syndicats continuent de peaufiner leurs demandes relatives aux services essentiels dans l’espoir de reprendre les discussions au cours des prochaines semaines.

Cette ronde de négociations, parfois exaspérante, est interminable pour les travailleuses et travailleurs du secteur des soins de santé. Le gouvernement libéral de McNeil utilise sa majorité comme aucun gouvernement provincial ne le fait ailleurs au Canada pour passer des lois antisyndicales. Les négociateurs des employeurs refusent encore de présenter les modifications qu’ils proposent d’apporter aux congés de maladie des travailleuses et travailleurs de la santé.

En dépit de ces obstacles, le comité de négociation s’est âprement battu pendant les négociations pour protéger les avantages sociaux que les syndicats avaient négociés au cours des 40 dernières années. Par exemple, les négociateurs des employeurs ne cessent de réitérer qu’ils veulent le contrôle absolu des assurances médicales et dentaires.  Si le Conseil des syndicats du secteur des soins de santé le leur cédait, les employeurs pourraient modifier unilatéralement les régimes d’assurance, sans le consentement des syndicats.

Pour obtenir de plus amples renseignements, veuillez contacter :

Susan Gill, représentante nationale  susan.gill@unifor.org (902) 562-3857.