Vous êtes ici

Lock-out de D-J Composites

Trente-deux travailleuses et travailleurs de la section locale 597 ont été mis en lock-out par leur employeur, établi aux États-Unis, quelques jours seulement avant Noël en décembre 2016.

L’employeur, dont le siège social est situé au Kansas, un État préconisant le droit au travail, agit comme si l’usine de Gander n’était pas obligée de respecter les lois du travail.

Le 19 décembre 2017, un an après ce lock-out honteux, Unifor a déposé une deuxième plainte au conseil du travail contre D-J composites, qui a été reconnue coupable d’enfreindre les lois provinciales du travail pour une seconde fois. L’entreprise avait déjà été reconnue coupable de négocier de mauvaise foi en mai 2017.

Au moment du premier anniversaire du lock-out, avec l’aide de syndicalistes de partout en Amérique du Nord, un coup de tonnerre dans les médias sociaux a réussi à joindre 308 000 personnes, et à transmettre un message au propriétaire de la compagnie pour qu’il cesse ses tactiques visant à démanteler le syndicat et à revenir à la table de négociation. Les militantes et militants ont aussi écrit un courriel au ministre du Travail de Terre-Neuve-et-Labrador pour qu’il intervienne sérieusement.

Les membres à Gander souhaitent remercier les centaines de sections locales d’Unifor, syndicats et individus au Canada pour leur généreux soutien financier et moral. D’autres syndicats de partout en Amérique du Nord ont aussi fourni de l’aide.

Alors que les membres de la section locale 597 font encore du piquetage mois après mois, ils ont toujours besoin de soutien.

Voici deux moyens que vous pouvez prendre pour défendre le droit à la négociation collective libre et équitable à Gander.    

1.      Envoyez une lettre à Rezaul Chowdhury, président de D‑J Composites (Ingénierie). Il est temps que
         l’entreprise reconnaisse que ses tactiques ne fonctionnent pas. Elle doit négocier.

2.      Faites un don par solidarité de deux façons possibles :

                 Par virement électronique à l’adresse info@unifor597.ca (réponse à la question de sécurité : local597, sans
                 espace).

                Par chèque libellé à la section locale 597 d’Unifor, avec l’inscription « D‑J Composites » à la ligne « Pour ».
                Envoyez-le à l’adresse suivante :

                            Section locale 597 d’Unifor Carolyn Wrice, C.P. 922, Saint-Jean (T.-N.-.L.)  A1C 5L7.

Campaign Updates

Une autre violation reconnue dans le lock-out de D-J, mais aucune conséquence pour l’employeur

2/13/2018 -

Pour la deuxième fois, la commission des relations de travail de Terre-Neuve-et-Labrador a statué que D-J Composites enfreint la Loi sur les relations de travail de la province.

Toutefois, la commission n’a pas convenu de prendre des mesures qui aideraient à résoudre le lock-out des 30 travailleuses et travailleurs de l’aérospatiale de la section locale 597 à Gander, décrété il y a 410 jours.

« Cette situation illustre la totale et complète insuffisance des lois désuètes du travail de la province que les employeurs utilisent pour priver les travailleuses et travailleurs de leurs droits. Ne vous y méprenez pas, le gouvernement a un parti pris dans ce conflit. Il se range du côté de l’employeur américain », a déclaré Lana Payne, directrice de la région de l’Atlantique.

Ces travailleuses et travailleurs ont été placés en lock-out par leur employeur, établi au Kansas, quelques jours avant Noël en décembre 2016.

La semaine dernière, la commission des relations de travail a statué que l’employeur enfreint la section 75 de la Loi, mais n’a pas diffusé encore les motifs écrits de cette décision.

Le seul recours que la commission a appliqué était d’émettre une ordonnance écrite à D-J Composites de cesser de contacter les membres, comme l’entreprise l’avait fait en juin lorsqu’elle a envoyé des offres individuelles de retour au travail aux membres en lock-out.

Unifor estime que la commission des relations de travail a besoin de pouvoirs additionnels afin de traiter des cas d’employeurs qui violent de façon flagrante les lois sans aucune conséquence.

Le syndicat a fait connaître ses préoccupations au gouvernement de Terre-Neuve-et-Labrador, y compris au premier ministre, pour réclamer des changements législatifs.

Échec de la tentative de médiation

11/20/2017 -

C’est avec une grande frustration que nous devons signaler l’échec de la tentative de médiation en vue de trouver un règlement pour une convention collective équitable pour les membres en lock-out de la section locale 597.

Le comité de négociation d’Unifor était déterminé, et continue de l’être, à négocier une entente juste et raisonnable, mais l’employeur ne l’était pas et continue de faire des demandes qui ne tiennent pas compte des droits d’ancienneté des travailleuses et travailleurs chez D-J Composites et qui minent le syndicat. 

Ce lock-out dure depuis 336 jours et les demandes de la compagnie ne sont ni justes ni équitables pour nos 32 membres qui s’apprêtent à affronter un autre Noël dans le froid. Par exemple, l’employeur continue de demander:

  • Une échelle salariale basée sur le mérite (paie conditionnelle);
  • Une offre salariale qui gèlerait le salaire de certains membres à leur taux salarial du 1er avril 2014 jusqu'en décembre 2020 au moins; et
  • Une réorganisation du lieu de travail qui établirait des classifications, peu importe l'ancienneté des travailleuses et travailleurs.

John Roil, un médiateur indépendant chevronné, a été nommé par le gouvernement de Terre-Neuve dans un effort de médiation d’une entente avec D-J Composites, un employeur établi aux États-Unis, qui a déjà été trouvé coupable de négocier de mauvaise foi par la commission des relations de travail.

Lorsque le ministre de l’Enseignement postsecondaire, des Compétences et du Travail, l’honorable Al Hawkins, a nommé un médiateur indépendant, il a exhorté les deux parties (le syndicat et l’employeur), à « faire un effort résolu pour travailler avec M. Roil afin de mettre fin à ce conflit », mais la compagnie a manifestement refusé de suivre ce conseil.

Le comité de négociation d’Unifor reste déterminé à ce que les membres retournent au travail en négociant une convention collective équitable.

Unifor demande au ministre du Travail de Terre-Neuve de nommer un médiateur pour le lock-out de D-J Composites

10/18/2017 -

Le 18 octobre 2017

Saint-Jean – Unifor demande au ministre du Travail de Terre-Neuve-et-Labrador, Al Hawkins, de nommer un médiateur, dix mois après que les 32 travailleurs ont été placés en lock-out à Gander par leur employeur D-J Composites établi aux États-Unis.

Cliquez ici pour lire la version complète de la release aux medias