Vous êtes ici

Les règlements sur le congé d’urgence personnelle en Ontario pénalisent les travailleurs de l’automobile

Le 22 décembre 2017                                    

Toronto – La décision du gouvernement de l’Ontario de promulguer des règlements qui prévoient une norme inférieure relative au congé d’urgence personnelle dans la Loi sur les normes d’emploi désuète de la province pénalise injustement les travailleurs de l’automobile, selon Unifor.

« La Loi sur les normes d’emploi devrait s’appliquer de manière équitable à tous les travailleurs, mais le gouvernement a délibérément choisi d’instaurer une double norme en écartant un groupe de travailleurs qui seront moins protégés que la majorité », a déclaré le président national d'Unifor, Jerry Dias.

M. Dias a rencontré aujourd’hui le ministre du Travail de l’Ontario, Kevin Flynn, pour lui faire part des préoccupations du syndicat au nom des quelque 150 000 travailleurs touchés par cette mesure législative. Unifor a demandé que le gouvernement annule ce changement règlementaire inéquitable et injustifié.  

La Loi sur l’équité en milieu de travail et de meilleurs emplois, adoptée le mois dernier, accorde aux travailleurs 10 jours de congés d’urgence personnelle, y compris deux jours payés pour maladie, blessures, deuil ou d’autres urgences.  Toutefois, la nouvelle exemption ajoutée au règlement 502/06, prévue pour entrer en vigueur le 1er janvier 2018, signifie que les travailleurs de l’automobile auraient seulement droit à sept jours de congé pour maladie personnelle ou d’un membre de la famille ou urgences, et trois jours de congé de deuil, dont aucun ne serait payé.  

« Cette exemption découle des pressions exercées par des entreprises rentables qui ne veulent tout simplement pas offrir à leurs travailleurs deux jours de congé d’urgence payés, a déclaré Jerry Dias. Les travailleurs de tout le secteur sont punis au nom de la cupidité, et ceux moins bien payés qui travaillent aux usines de pièces automobiles et dans des lieux de travail non syndiqués, comme Honda et Toyota, sont les plus durement frappés. »

L’exemption va avoir des conséquences sur les travailleurs syndiqués et non-syndiqués, et ces derniers vont se retrouver dans une situation particulièrement vulnérable car ils n’ont pas accès à la négociation collective qui permet aux travailleurs d’aborder des enjeux comme le congé d’urgence personnelle.

Unifor a lancé une pétition réclamant au gouvernement de l’Ontario d’éliminer l’exemption relative au congé d’urgence personnelle pour les travailleurs de l’automobile.  Pour consulter la pétition, cliquez ici.

Pour obtenir de plus amples renseignements, veuillez communiquer avec Kathleen O’Keefe, représentante aux communications d’Unifor, à l’adresse kathleen.okeefe@unifor.org ou au numéro 416‑896‑3303 (cell.).