Vous êtes ici

Les droits imposés par les États-Unis menacent le secteur de l'aérospatiale canadienne

Le 6 octobre 2017

TORONTO – La décision prise aujourd’hui par le département du Commerce des États-Unis d’imposer des droits additionnels sur les avions à réaction fabriqués au Canada menace directement l’industrie aérospatiale canadienne et entrave la capacité du gouvernement à faire évoluer ce secteur au pays, au dire d’Unifor.

« L’aérospatiale est une source d’emplois très spécialisés et une source d’innovations au Canada, c’est un secteur qui doit prospérer pour assurer un avenir stable à nos collectivités et à nos jeunes », a affirmé le président national d’Unifor, Jerry Dias.

Dans une annonce faite aujourd’hui, le département du Commerce des États-Unis a imposé des droits de 79,82 % sur les appareils C Series, en alléguant que Bombardier avait vendu à rabais des avions C100 à Delta Airlines.

C'est la deuxième fois en une semaine que l'administration Trump, qui avait promis de faire de l'emploi sa priorité une fois au pouvoir, impose des droits sur la C Series. Le 26 septembre dernier, le département américain avait imposé des droits compensateurs préliminaires de 220 %, en alléguant que des subventions publiques avaient permis à Bombardier de réduire le prix des avions.

M. Dias est d'avis que les deux décisions prises le département du Commerce des États-Unis, si elles sont maintenues, freineront les efforts déployés par tous les ordres de gouvernement pour encourager le développement de l'aérospatiale au Canada.

« La question ne se limite pas à une entreprise, mais elle touche le droit des administrations publiques à poursuivre leur politique industrielle qui encourage l'innovation et aide les Canadiens à obtenir de bons emplois », a-t-il ajouté.

Ken Stuart, directeur du secteur de l'aérospatiale d'Unifor a mentionné que les gouvernements de partout dans le monde soutiennent les entreprises du secteur aérospatial de leur pays dans le cadre d'une stratégie de croissance économique et d'innovation technologique.

« Il est essentiel que nous, en tant que travailleurs, intercédions en faveur du gouvernement pour défendre son droit à encourager la création de bons emplois au pays », a déclaré M. Stuart.

M. Dias a souligné que les droits imposés par les États-Unis ne constituent pas la seule menace commerciale pour l'industrie canadienne, en rappelant que l'Organisation mondiale du commerce enquête actuellement sur une plainte déposée par le Brésil concernant la C Series.

Pour en savoir plus, veuillez communiquer avec le représentant national des Communications d’Unifor, Stuart Laidlaw, à stuart.laidlaw@unifor.org ou au 647 385-4054 (cellulaire).