Vous êtes ici

Les chauffeurs d’autobus scolaire votent pour adhérer à Unifor

Le 11 septembre 2017

TORONTO – Devant la hausse du travail précaire, aggravée par le système utilisé pour attribuer les contrats de transport scolaire en Ontario, 461 chauffeurs de la région de Peel ont voté pour adhérer à Unifor.

« Ces chauffeurs ont franchi une étape positive non seulement pour résoudre les problèmes dans leurs lieux de travail, mais aussi dans l'ensemble du secteur », a déclaré Naureen Rizvi, directrice de la région de l’Ontario d’Unifor.

Les chauffeurs de Parkview Transit qui dessert les commissions scolaires publiques et catholiques de Peel à Brampton et à Caledon ont voté vendredi dernier pour se joindre à Unifor, le plus important syndicat du secteur du transport scolaire au Canada. Une réunion aura lieu au cours du prochain mois afin d’élire un comité de négociation pour le premier contrat des chauffeurs.

Naureen Rizvi a affirmé que le récent plaidoyer des entreprises d’autobus de demander plus d’argent du gouvernement provincial pour régler la pénurie chronique d’autobus en Ontario est un geste cynique qui ne va pas régler les vrais problèmes.

« Le fait est que tant qu’il n’y aura pas de mesures prises pour que les emplois soient plus stables dans le secteur du transport scolaire, les commissions scolaires vont continuer d’être confrontées à des pénuries, a affirmé Naureen Rizvi. Donner plus d’argent aux entreprises d’autobus scolaire ne va pas régler le problème. La seule solution est de négocier directement avec les chauffeurs pour améliorer leurs conditions afin de corriger les problèmes dans le secteur, ce que les chauffeurs chez Parkview ont compris. »

Le directeur du recrutement d’Unifor, John Aman, a souligné que les salaires, la rémunération pour toutes les heures travaillées, l’obtention du respect de la part de l’employeur et la résolution du problème du favoritisme sont les principaux enjeux identifiés par les chauffeurs nouvellement syndiqués.

« Une convention collective procure aux chauffeurs d’autobus scolaire la chance de régler des problèmes chroniques au travail et leur offre aussi l’opportunité de faire partie des efforts d’Unifor visant à régler les enjeux systémiques dans l’ensemble du secteur », a affirmé John Aman.

Unifor s'est constamment opposé contre le système de demande de propositions pour l'attribution des contrats de transport scolaire en Ontario, qui a nivelé vers le bas les salaires et les conditions de travail, et a directement contribué à l'immense pénurie de chauffeurs l'année dernière à Toronto.

Pour obtenir de plus amples renseignements, veuillez communiquer avec Stuart Laidlaw, représentant national aux communications d’Unifor, à l’adresse stuart.laidlaw@unifor.org ou au numéro 647‑385‑4054 (cell.).